Skip to content

Projet de Loi Finances 2022: pour une croissance durable

Le ministre de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire a présenté le cinquième projet de loi de finances du quinquennat. Il s’inscrit dans la lignée de la politique que nous menons depuis 2017, et consacre la mise en œuvre de trois engagements forts pris le président de la République :
– améliorer la compétitivité de notre économie
– redresser nos comptes publics
– baisser massivement les impôts

Ces trois engagements ont été tenus. Nous avons amélioré la compétitivité de notre économie à travers des réformes structurantes, notamment la loi PACTE et la modernisation du marché de l’emploi.

Nous avons redonné du pouvoir d’achat aux Français par le travail, en créant 750 000 emplois depuis le début du quinquennat. Avec le soutien constant de la majorité, nous avons réduit le déficit public à moins de 3 % du PIB dès 2018 et sorti la France de la procédure européenne pour déficit public. Des réformes ambitieuses ont permis d’améliorer l’efficacité de notre dépense.

En parallèle, nous avons massivement baissé les impôts pour les ménages et pour les entreprises. Au total, notre majorité aura baissé les impôts de 50 milliards d’euros en France, entre 2017 et 2022.

Face à la crise, nous avons protégé les salariés, les entreprises et les compétences en France. Notre politique du « quoi qu’il en coûte » a été réfléchie, efficace et nécessaire. Elle a permis de sauver des emplois et d’éviter de nombreuses faillites. Dès le mois d’août 2020, nous avons engagé la relance de notre économie avec succès. Nos objectifs sont atteints et dépassés. Le plan de relance se déploie vite et fort : sur les 100 milliards d’euros du plan, 50 milliards sont déjà engagés. 70 milliards d’euros le seront à la fin de cette année.

Nous faisons le choix de l’investissement, pour que notre croissance soit fondée sur des bases solides. Nous voulons atteindre, à la sortie de cette crise, une productivité et une croissance supérieures à celles d’avant crise. C’est l’enjeu des efforts que nous consentons en faveur de l’éducation. C’est aussi l’enjeu du plan d’investissement, qui sera annoncé dans quelques semaines. Enfin, nous engageons le rétablissement des finances publiques. Les dispositifs d’urgence sont mis en extinction progressive.

Nous rembourserons la dette covid-19 sans hausse d’impôt, par la croissance et par les recettes supplémentaires qu’elle génèrera, d’ici à 2042. Nous renforçons en parallèle notre cadre de gouvernance des finances publiques, notamment à travers la règle pluriannuelle pour stabiliser la dépense publique. Enfin, nous poursuivons les réformes structurelles, comme celle de l’assurance chômage qui entrera en vigueur d’ici la fin de l’année. C’est donc un projet de loi de finances pour une croissance durable, fondé sur des engagements tenus par le président de la République et par notre majorité, que nous présentons aujourd’hui.

Toutes ces décisions donnent des résultats et permettent à la France de bénéficier d’une situation économique favorable:
– nous allons retrouver notre niveau d’activité économique d’avant crise d’ici la fin de l’année ;
– nous atteindrons 6% de croissance en 2021 et 4% en 2022
– nous avons ramené le taux de chômage à son niveau d’avant crise ; il est inférieur à celui de 2017 d’1,5 point.
– nous avons retrouvé dès 2021 notre niveau d’investissement de 2019.

Le projet de loi de finances que nous présentons aujourd’hui est celui de choix forts. Nous faisons le choix du réarmement régalien. Les crédits du ministère des Armées augmenteront de 1,7 milliard d’euros. Le budget du ministère de l’Intérieur sera rehaussé de 1,4 milliard d’euros. Celui du ministère de la Justice, de 700 millions d’euros.

Nous faisons le choix de l’investissement, pour que notre croissance soit fondée sur des bases solides. Nous voulons atteindre, à la sortie de cette crise, une productivité et une croissance supérieures à celles d’avant crise. C’est l’enjeu des efforts que nous consentons en faveur de l’éducation.

Enfin, nous engageons le rétablissement des finances publiques. Les dispositifs d’urgence sont mis en extinction progressive. Nous rembourserons la dette covid-19 sans hausse d’impôt, par la croissance et par les recettes supplémentaires qu’elle génèrera, d’ici à 2042. Nous renforçons en parallèle notre cadre de gouvernance des finances publiques, notamment à travers la règle pluriannuelle pour stabiliser la dépense publique. Enfin, nous poursuivons les réformes structurelles, comme celle de l’assurance chômage qui entrera en vigueur d’ici la fin de l’année. C’est donc un projet de loi de finances pour une croissance durable, fondé sur des engagements tenus par le président de la République et par notre majorité.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn