Skip to content

Le programme d’Emmanuel Macron pour la France

Le candidat a présenté ce jeudi 17 mars son projet présidentiel pour la France.

1. Projet
Notre vision pour les prochaines années : « Je veux aujourd’hui vous soumettre une forme d’optimisme de la volonté »

– Un projet d’émancipation et de progrès pour chacune et chacun, pour accompagner les grandes transformations gui nous attendent.

– Un projet cohérent et fidèle à l’esprit de 2017 avec la crédibilité de ce qui a déjà été fait.

– Une méthode « avec vous ».

– Un projet ancré dans le moment qui est le nôtre, nourrit des crises que nous avons traversées et prêt a faire face au retour du tragique dans notre Histoire, aux défis qui bousculent nos sociétés démocratiques, aux doutes.

Certains proposent d’aborder cette nouvelle époque par le repli sur soi, la nostalgie y compris pour ce qui n’a jamais été. Nous croyons à l’inverse. Il nous faut répondre avec lucidité et engagement pour
mieux nous protéger et nous projeter avec une ambition lucide, une volonté d’engagement.

Nous sommes à un moment de bascule où nous pouvons réellement changer les choses :
– Penser le temps long y compris dans les moments d’urgence pour répondre aux causes profondes des crises.
– Acter avec les Français un mandat pour le quinquennat à venir.
– Prendre des choix radicaux.

Trois convictions qui sont le socle du projet.
– Le retour de la souveraineté populaire face aux choix historiques
– La confiance dans le progrès technologique, scientifique, social
– L’humanisme

2. Faire de la France une nation plus indépendante

a) Mieux nous défendre face aux crises

L’indépendance n’est pas l’autarcie. Il nous faut mieux nous défendre face aux crises.

2 enjeux :
– Continuer à gagner en flexibilité et en adaptabilité pour nos armées, face à de nouveau types conflits : spatial et cyber.
– Remobiliser les différents leviers de l’engagement pour avoir une Nation engagée.

Nous proposons:
– La consolidation de la défense européenne.
– La généralisation du SNU.
– Un nouveau pacte entre l’armée et la Nation.
– Un plan de mobilisation civile.
– Augmentation du nombre de réservistes

b) Investir pour l’indépendance agricole, productive et énergétique
Indépendance agricole : nos agriculteurs ont nourri le peuple français durant la crise. Nous allons œuvrer pour continuer à transformer notre agriculture. Il faut de la constance et continuer EGALIM.

Nos propositions:
– Une loi d’orientation et d’avenir agricole pour appréhender la transition démographique du monde agricole, pour aider à l’installation et accompagner les jeunes exploitants agricoles.

– Au niveau européen il nous faudra intensifier le plan protéines, initiative française qui permet à notre continent de sortir de sa dépendance, renforcer notre investissement pour produire plus et donc revoir les objectifs de Farm to Fork.

Indépendance productive :
Nous investissons 30 milliards dans les secteurs d’avenir et continuons d’innover pour le cloud le quantique, l’intelligence artificielle.
– Nous proposons de supprimer la CVAE.

Indépendance énergétique : la France s’est engagée sur une stratégie de neutralité carbone en 2050.

Cela doit passer par :
– Une stratégie européenne de réduction de nos émissions : taxe carbone européenne et planification par secteur.
– Nous assumons une planification. Nous devrons reprendre le contrôle capitalistique d’acteurs industriels de l’énergie.
– Le mix énergétique avec une moindre consommation, le déploiement du renouvelable massif et un investissement dans le nucléaire.

Nos propositions:
– la rénovation thermique des bâtiments que nous avons simplifié doit se poursuivre. Objectif : 700 000 logements par an.
– permettre l’accès à des véhicules propres pour dépenser moins, consommer moins avec une offre de leasing pour des véhicules électriques.
– conditionner la rémunération des dirigeants au respect des normes écologiques et sociales

La transition écologique passe par une stratégie industrielle, nous l’avons montré avec le déploiement de 3 giga factories sur les batteries. Nous continuerons en développant des stratégies 100%
françaises en matière de véhicules électriques, d’éoliens en mer, de solaire.

Indépendance culturelle et informationnelle: les crises que nous vivons montrent comment l’information, la création, la fiction sont des sujets de souveraineté et d’indépendance

Nos propositions:

– Lancer des Etats généraux pour le droit à l’information qui ont vocation à établir des éléments ayant vocation à défendre l’information libre et indépendante et les conditions d’exercice des
métiers.

– Poursuivre l’aide à la création et aux artistes pour que la France reste cette puissance de rêve: investir et défendre au niveau européen comme nous l’avons fait, créer un méta verse européen.

c) Les conditions de l’indépendance : savoir, compétences, travail

Il nous faudra assumer de renforcer notre croissance potentielle par plus de savoir, plus de compétences et plus de travail.

Savoirs

Réforme et investissement dans la recherche :

– Accélérer la loi de programmation de recherche, qui prévoit actuellement un investissement de 25 milliards d’euros sur 10 ans
– Renforcer autonomie de nos universités pour en faire des opérateurs de recherche a part entière pour atteindre les meilleurs standards internationaux
– Positionner les organismes de recherche sur les secteurs stratégiques pour l’indépendance française et leur permettre de former et d’attirer les meilleurs profils.

Compétences
Il nous faudra planifier cartographier les besoins de la Nation en compétences et adapter notre offre de formation en conséquence. Mobiliser tous les acteurs à l’échelle d’un territoire pour orienter nos jeunes comme il le faut.

Nous proposons:
– La formation d’1 million de personnes aux métiers d’avenir d’ici 2030
– Une réforme du lycée professionnel
– Plus d’investissements dans nos universités pour ouvrir plus de places et developper les filières courtes et professionnalisantes
– Une réforme de la formation professionnelle en assumant de déréférencer les formations ayant trop peu de débouchés et de développer celles dont la Nation a besoin.

Travail

Nous proposons:
– La poursuite des réformes engagées sur le marché du travail et de l’assurance chômage pour que notre système s adapte aux besoins et a la conjoncture
– La transformation de Pole Emploi en France Travail réunissant tous les acteurs autour de même table.
– L’augmentation progressive de l’âge légal de départ à la retraite jusqu’à 65 ans en prenant en compte les carrières longues, les questions d’invalidité et la réalité des métiers pour avoir un système juste.
– La simplification des mécanismes de cumul-emploi retraites.

Objectif : atteindre le plein emploi

3. Pour une société plus unie : vivre mieux en France

a) En prévenant les inégalités à la racine : les mêmes chances pour tous

Nous continuons d’œuvrer pour l’enfance, pour protéger nos enfants : lutte contre le harcèlement, contrôle parental par défaut.

Nous continuons notre travail pour une école inclusive : le temps de travail des AESH sera augmenté jusqu’à 35 heures pour les revaloriser et mieux aider les enfants, y compris pour les accompagner sur le temps périscolaire.

L’égalité femmes-hommes sera à nouveau la grande cause du quinquennat : nous continuerons nos efforts contre les violences, nous continuerons notre travail pour l’égalité salariale. Nous fixons deux
nouvelles priorités pour les familles monoparentales (à 85% des femmes) et pour la santé féminine.

Le chantier pour l’école

Nous avons beaucoup investi et pourtant les choses ne vont pas assez vite. Nous changerons de méthode : les investissements ne suffisent pas, il faut redonner la possibilité d’adapter les solutions
aux réalités de terrain.

Méthode : le chantier de l’école doit débuter par une large concertation avec des objectifs ambitieux.

Un nouveau pacte pour les enseignants : nous poursuivrons de manière significative l’augmentation des rémunérations qui s’inscrira dans le cadre d’une concertation avec les organisations syndicales sur la définition des nouvelles missions.

Plus de liberté pour les établissements avec l’ambition de valoriser l’expertise de terrain, donner plus de liberté et faire confiance aux équipes pour construire un projet collectif adapté aux besoins de
leurs élèves.

Plus de transparence.

Le chantier pour la santé

Dès après l’élection, nous lancerons une conférence pour construire les solutions locales et nationales autour d’un objectif : assurer l’accès aux soins pour tous. Répondre à ces défis ne pourra se faire que par le dialogue et la concertation de tous, professionnels de santé, élus, citoyens. Dès le lendemain de l’élection, nous débattrons sans tabou pour transformer le système.

Nous proposons

-Aider les médecins pour leur permettre de prendre davantage de patients
– S’appuyer sur tous nos professionnels de santé
– Assumer un renfort massif dans les déserts médicaux
– Améliorer l’accès aux soins d’urgence
– Miser sur le terrain
– Faire un choc de simplification à l’hôpital

b) Des progrès pour chacun d’entre nous

Nous proposons :
– Pour les plus précaires, la solidarité à la source
– Pour les mères célibataires, un droit à la garde d’enfants opposable, le complément de mode de garde étendu de 6 à 12 ans, l’augmentation de moitié de l’allocation de soutien familial
– Pour les travailleurs, mieux vivre de son travail, mieux organiser son temps avec le compte épargne temps universel.
– Pour les retraités, une retraite minimale de 1 100€.
– Pour les plus âgés et les aidants, une réforme de la dépendance.

4. Pacte républicain : l’Etat au service de la Nation

a) Force à la loi : poursuivre le réarmement de l’Etat qui protège

Pour une justice plus efficace et plus rapide, nous recruterons 8500 magistrats et personnels de justice supplémentaires d’ici 2027.

Ces recrutements permettront :
– de réduire les délais de jugement tout en maintenant une justice de qualité.
– de constituer de vraies équipes autour des juges qui se recentreront sur l’essentiel de leur office.

b) Maîtriser nos frontières pour maîtriser l’immigration

Nous poursuivrons les mesures engagées sur la protection de nos frontières.
Sur le plan européen:
– la réforme de l’espace Schengen
– le réinvestissement dans Frontex

Sur le plan intérieur:
– la refonte de l’organisation de l’asile et du droit de séjour avec notamment la mise en place de procédures d’éloignement plus rapides et effectives.
– la mise en place d’un système qui fera que le refus d’asile vaudra obligation de quitter le territoire français.
– la poursuite de la politique de conditionnement de l’octroi des visas a la délivrance de laissez passer consulaires.

c) Refonder le modèle d’intégration républicaine

Nous voulons que les étrangers qui s’installent durablement en France s’intègrent réellement par le travail et la maîtrise du français.

Nous renforcerons le devoir d’intégration des étrangers en ne délivrant des titres de séjour long qu’a ceux qui réussissent un examen de français et s’insèrent professionnellement.

Méthode :
– Cette mesure s’appliquera aux bénéficiaires du regroupement familial et aux réfugiés.
– Elle ne s appliquera pas, en revanche, aux détenteurs d’un passeport talents, aux étudiants (qui n’ont pas vocation à rester durablement en France) ni à ceux qui sont en France depuis qui sont en France depuis plus de 8 ans.

d) Un Etat simple

Nous territorialiserons davantage l’action publique avec une déconcentration de nos services publics.

Pour garantir une action rapide, nous utiliserons le régime de la loi d’exception sur les sujets prioritaires.

Nous créerons un conseiller territorial :
– Le système actuel du millefeuille territorial est clairement inefficace. Il favorise les conflits de compétences entre échelons. Les Français ne s’identifient ni à leurs élus régionaux, ni à leurs
élus départementaux, ce qui les décourage à aller voter.
– Nous souhaitons renforcer la coopération entre les différents échelons territoriaux par la création du conseiller territorial qui siégera à la fois au conseil régional et au conseil départemental.

C’est le choix de la proximité : ils seront désignés dans chaque canton au scrutin majoritaire, qui est un gage de proximité et permet un lien direct entre le citoyen et l’élu.

C’est le choix de l’efficacité : régions et départements devront travailler main dans la main et pourront plus facilement se repartir les compétences.

Méthode : cette réforme s’appliquera dès le prochain renouvellement des assemblées départementales et régionales (2028). Les modalités précises, notamment les modalités de scrutin, seront arrêtées après une large concertation avec les collectivités concernées.

Financement du projet :

– Ces investissements pour notre indépendance, notre unité et notre protection (50 milliards) ne se financeront ni par la dette, ni par les hausses d’impôts : après avoir baissé de 50 milliards, les impôts continueront de baisser durant le quinquennat pour les ménages comme pour les entreprises.

– Les ancres demeurent : stabilisation dette en 2026, déficit sous les 3% en 2027.

Financement:

– Le travail pour 15 milliards d’euros (plein emploi et retraites).
– Les réformes de modernisation pour 15 milliards d’euros. Exemple : facturation électronique, e-carte vitale, entrée en vigueur de l’IS minimal.
– Maîtrise de la dépense courante, comme avant la crise COVID (+0,8% par an entre 2017 et 2019 contre +1.2% par an les années précédentes) : 20 milliards d’euros.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn