Skip to content

Le Parlement adopte la loi sur les langues régionales

–> Adoption d’une loi sur les langues régionales: une première dans l’histoire de la Vème République

Le 8 Avril 2021 est un jour historique pour nos langues et les écoles associatives, marquant l’adoption par l’Assemblée Nationale de la loi pour la Protection et la promotion des langues régionales. Portée depuis des années par Paul Molac (Groupe Liberté et Territoires), les députés du Tarn Muriel Roques-Etienne, Marie-Christine Verdier-Jouclas et Jean Terlier (LaREM) ont voté pour cette proposition de loi.

Ils n’ont pas souhaité s’opposer à ce texte qui vise à sécuriser tout un pan de notre culture française et locale. Défendre ces langues ne s’oppose pas à l’amour de notre pays et du français. Les langues régionales font partie de notre patrimoine et permettent de savoir qui l’on est, d’où l’on vient. Maîtriser l’occitan chez nous, mais également l’alsacien, le breton, le corse, le catalan ou encore le basque, c’est maîtriser la langue de ses grands-parents. C’est nos racines qui s’inscrivent dans l’histoire de notre beau pays, et qui nous permettent de nous unir.

–> Trois domaines d’action, de protection et de promotion : le patrimoine, l’enseignement et les services publics.

Le texte prévoit la reconnaissance dans le code du patrimoine de l’existence d’un « patrimoine linguistique », constitué de la langue française et des langues régionales. Il précise également le rôle de l’État et des collectivités locales dans leur enseignement, leur diffusion et leur valorisation.

L’enseignement est un vecteur important de transmission des langues régionales. Dans le cadre des conventions entre l’État et les régions, « la langue régionale sera une matière enseignée dans le cadre de l’horaire normal des écoles maternelles et élémentaires, des collèges et des lycées, sur tout ou partie des territoires concernés, dans le but de proposer l’enseignement de la langue régionale à tous les élèves ».

Ce nouveau texte de loi vise également à protéger et promouvoir ce patrimoine immatériel et la diversité culturelle dont les langues régionales constituent l’une des expressions. En outre, la loi Molac accorde le statut de « trésor national » aux biens présentant un intérêt majeur pour la connaissance de ces langues (écrits, audios…). Mais l’expression la plus visible de ce nouveau texte est sans doute la reconnaissance officielle de la signalétique bilingue : celui-ci autorise en effet les services publics à recourir à des traductions en langue régionale sur les bâtiments publics, les panneaux de signalisation, ou dans la communication institutionnelle.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn