Skip to content

Europe: avenir de l’espace Schengen et de notre politique d’asile et de migrations

A l’occasion de la réunion des ministres européens de l’Intérieur, dans le cadre de la PFUE, le Président de la République s’est exprimé à Tourcoing sur l’importance des discussions en cours pour réformer l’espace Schengen.

La promesse de la construction européenne (libre circulation des personnes, mobilité sans contrôles aux frontières intérieures) a été remise en cause par les attentats terroristes, la crise migratoire de 2015-2016, la crise sanitaire ou encore une situation géopolitique tendue.

Il n’y a pas de libre circulation sans maîtrise des frontières extérieures.

✅ Remettre de la politique au coeur de la gouvernance de Schengen:
◽️Création d’un Conseil Schengen réunissant les ministres européens de l’Intérieur autour d’un ordre du jour très opérationnel pour piloter l’espace Schengen en collaboration avec la Commission et Frontex pour anticiper et réagir aux crises.
◽️3 missions principales:
🔸 examiner la situation de l’espace Schengen
🔸 mobiliser les outils face aux enjeux de sécurité
🔸 donner les grandes orientations politiques

✅ Nous doter d’un mécanisme de solidarité et d’intervention rapide en cas de crises aux frontières extérieures de l’UE
◽️Création d’une plateforme de mobilisation rapide des resources européennes pour une mobilisation immédiate, coordonnée et intégrée des moyens européens ou bilatéraux ainsi qu’une complémentarité entre les contributions.

✅Nous doter d’une politique commune d’asile et de migration
La proposition de Pacte migratoire de la Commission vise au partage des responsabilités en matière d’asile, mécanisme de solidarité, coopération avec les pays tiers.

➡️Le président de la République propose une approche progressive pour créer la confiance et viser, à terme, le même niveau d’ambition.
▫️Un contrôle plus efficace de notre frontière extérieure commune par un soutien aux États membres les plus concernés géographiquement.
▫️Une solidarité plus affirmée à l’égard des États assumant un effort d’accueil substantiel.
▫️Une régulation des mouvements migratoires (convergence accrue des systèmes d’asile et limitation des demandes multiples).
▫️Une politique de l’UE plus opérationnelle et plus unie sur l’éloignement et la réadmission.

➡️Renforcer la coopération avec les pays de départ et de transit, notamment en Afrique :
▫️Adapter notre politique de visas à l’égard de pays tiers non coopératifs en matière de réadmission.
▫️Nous doter d’une stratégie de conclusion d’accords de réadmission avec les pays prioritaires.
▫️Développer l’action extérieure de Frontex.
▫️Mieux mettre en commun nos efforts en matière de retour.
▫️Nomination dès que possible d’un « coordinateur du retour de l’Union européenne ».

Renforcer la sécurité aux frontières et réformer Schengen est devenu une nécessité qu'Emmanuel Macron a parfaitement saisie. La coopération européenne est la meilleure voie pour répondre au défi migratoire. C'est l'une des priorités de cette Présidence Française de l'Union Européenne.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn